Vous utilisez un navigateur très ancien, et risquez de rencontrer des problèmes en utilisant notre site.
Vous pouvez mettre à jour votre navigateur ou utilisez votre smartphone pour revenir nous voir !

Ethi’Kdo doit-il quitter les réseaux sociaux ?

Chez éthi’Kdo, nous sommes nés à l’époque de Facebook, Twitter, Instagram et Linkedin et avons vu se développer Tik-Tok et d’autres.

Au début, nous ne nous sommes pas trop posé la question. Nous avons ouvert un compte Facebook, puis Linkedin, Instagram et Twitter (X). “C’est indispensable pour une marque aujourd’hui !” nous disait-on.

Mais aujourd’hui, nous hésitons à tout quitter.

On vous explique pourquoi.

Qu’est-ce qu’on fait sur les réseaux sociaux au fait ?

Tout dépend du réseau. Mais globalement,

Sur Twitter (X), nous ne faisons pas grand-chose, parfois nous sommes tagués, mais comme dirait l’astrophysicien et philosophe Aurélien Barrau « la pensée en 240 caractères, ça n’existe pas. C’est la négation dans les termes de la pensée » donc, nous évitons. Surtout depuis le rachat par Elon Musk.

Sur Facebook et Instagram, nous donnons des idées de cadeaux, partageons nos actus importantes, nous mettons en avant nos partenaires de la consommation responsable…

Sur Linkedin, nous partageons nos offres d’emploi, nos actus importantes, nos nouveaux partenariats…

Nous ne sommes pas sur Snapchat, Pinterest et Tik-Tok.

Pourquoi sommes-nous sur les réseaux sociaux ?

Quand on dit qu’on y est, cela signifie que nous avons ouvert un compte et que nous postons. Pas que nous y faisons de la pub. La nuance nous paraît importante. On y reviendra plus tard.

Nous y sommes pour 3 principales raisons. 

  1. La première, est que ça nous permet d’échanger en direct avec notre communauté, c’est-à-dire vous. De vous tenir informés de nos actualités, nos nouveaux partenariats, nos offres d’emploi, nos réflexions autour de la consommation durable…
  2. Ensuite, les réseaux sociaux restent aussi d’excellents outils pour mettre en avant nos enseignes partenaires, qui n’ont pas les budgets pub d’Amazon ou Ikea, et qui ont plus que jamais besoin de se faire connaître. Nous les mettons en valeur dans nos posts, nos stories…
  3. Et enfin, cela nous permet de nous faire connaître nous aussi, de présenter ce que nous faisons, de trouver de nouveaux clients et de prendre la parole sur les sujets qui nous tiennent à cœur.

Et nous pourrions également arguer que puisque ces outils existent, alors autant s'en servir pour servir notre Mission plutôt que laisser les acteurs d'une "consommation moins raisonnée" être les seuls présents.

Alors oui, en réalité, c’est bien utile les réseaux sociaux quand on est une marque engagée.

Mais alors pourquoi réfléchir à en sortir ?

Parce que comme toute médaille, les réseaux sociaux ont leur revers. Et dans le cas présent, celui-ci est lourd. Très lourd. 

Pourquoi une marque voudrait-elle quitter les réseaux sociaux ?

Premier point, poster sur les réseaux sociaux, ça prend du temps.

Il faut réfléchir à ce qu’on va poster, rédiger le texte, créer des visuels, choisir ses hashtags, décider d’à quelle heure et quel jour on va poster… Et puis recommencer la semaine suivante, et ce, sans fin...

Et pendant ce temps, nous ne sommes pas en train d’améliorer nos produits, ni de passer du temps avec nos clients et nos boutiques partenaires. Ce qui reste quand même le plus important pour notre Mission.

Nous pourrions penser qu'il suffit alors de peu poster, uniquement quand nous avons des choses hautement importantes à dire. Mais malheureusement les algorithmes de ces réseaux privilégient la mise en avant des marques qui postent le plus régulièrement des contenus si bien qu'une marque qui poste peu perd considérablement en visibilité...

Ensuite, un second problème des réseaux sociaux, c’est leur intrusivité. On le sait, ils récoltent nos données

Ce que l’on sait moins, c’est comment nos données sont utilisées. Les données utilisateurs sont la base du modèle économique des réseaux sociaux, elles leur permettent de proposer une offre publicitaire ultra ciblée et de gagner de l’argent grâce aux annonceurs. Mais qui vous dit que vos données personnelles ne sont pas utilisées dans d’autres buts comme dans l’affaire Cambridge analytica ? Cette entreprise britannique qui, en 2016, a analysé les données de dizaines de millions d’utilisateurs à leur insu, pour la campagne présidentielle de Donald Trump aux Etats-Unis. 

Ensuite et surtout, parce que les réseaux sociaux, c’est aliénant et il parait même que ça rend accro et malheureux.

En tout cas, c’est ce qui ressort d'une étude menée par Patricia J. Conrod, chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine à l’Université de Montréal. Elle démontre qu’une utilisation excessive des réseaux sociaux entraînerait une forte baisse de l’estime de soi et un accroissement des troubles alimentaires. 

Les réseaux sociaux sont des espaces d’échanges digitaux, mais restent des lieux où l’on développe des liens avec les autres. Les likes, commentaires, et partages deviennent pour notre cerveau des témoignages de la reconnaissance des autres. Cela active directement la production de dopamine, faisant appel au circuit de la récompense.

Avant les réseaux sociaux, pour libérer de la dopamine, il nous fallait accomplir des choses, ne serait-ce que barrer une ligne de notre to-do-list. Aujourd’hui, ce n’est plus nécessaire. Un simple scroll, un simple “like” reçu produit le même résultat. Alors pourquoi se motiver à entreprendre un projet complexe ?

Le risque est que nous ne voyons aujourd’hui que la face immergée de l’iceberg… Pour plusieurs chercheurs, ce que sont devenus les réseaux sociaux est tout simplement en train d’endommager sérieusement le cerveau de toute une génération. Cerveau qui se modèle jusqu’à environ 25 ans

Et le pire, c’est que les créateurs des réseaux sociaux savent très bien tout ça. Et depuis longtemps. 

Le Wall Street Journal, ayant eu accès à plusieurs présentations internes, a révélé que les propres études de Meta montrent à quel point sa filiale Instagram peut avoir des conséquences néfastes sur la santé mentale de ses utilisateurs les plus jeunes.

Tout a été mis en place pour capter votre attention le plus longtemps possible; du scroll infini, jusqu’aux notifications bruyantes, en passant par les likes et le design de l’interface … Tout est fait pour que vous passiez le plus de temps possible sur votre écran, pour qu’ils puissent récolter le plus de données sur vos goûts et vos habitudes de consommation, sans se préoccuper des conséquences sur leurs utilisateurs. 

Nous pourrions évoquer également les nombreuses autres raisons pour lesquelles une marque voudrait s’éloigner des réseaux sociaux : les effets néfastes du like sur la confiance en soi, les problèmes de modération, les tentatives d’échapper à l’impôt dans les pays où la valeur est créée…

Et ça nous amène à un autre point. A-t-on vraiment envie de soutenir, ne serait-ce qu'indirectement, des gens qui font tout ça ? Et qui plus est le font consciemment ?

Pas sûr…

On reste ou pas alors ?

Pour éthi’Kdo, le dilemme est donc de choisir entre :

  • se faire connaître et mettre en avant nos partenaires, (qui eux pour le coup sont responsables et engagés), mais participer à un système dont les pratiques et conséquences sont à l’opposé de nos valeurs ;
  • ou décider de ne plus participer à ce système, mais risquer que notre mission perde en visibilité, et ne pas aider suffisamment nos partenaires.

Aujourd’hui, nous n’avons pas encore pleinement  décidé du chemin à prendre.

Face à ces questions, voici en toute transparence un état à date de ce que nous faisons et ne faisons pas aujourd’hui.

Sur instagram et Facebook

Nous mettons régulièrement en pause nos comptes sur ces 2 réseaux (c’est peut-être même le cas en ce moment), pour nous dégager du temps, et surtout pour prôner une utilisation plus raisonnée des réseaux sociaux à notre communauté.

On se pose la question de couper ces réseaux complètement.

En revanche, nous ne nous interdisons pas de soutenir des créateurs/créatrices de contenus qui cherchent à mettre en avant une consommation plus raisonnée; comme Marie de La Salade à Tout  ou Déborah de Je me recycle. Nous souhaitons encourager les personnes qui utilisent des réseaux sociaux pour alerter sur les dérives surconsuméristes et proposer des alternatives. Les soutenir en les finançant contre de la visibilité auprès de leur communauté nous paraît toujours cohérent avec notre Mission.

Sur Linkedin

Pour le moment, nous continuons à communiquer sur Linkedin car cela permet de diffuser nos offres d’emploi et toucher les professionnels qui remplacent les chèques-cadeaux grandes enseignes qu’ils offrent en fin d’année par des cartes éthi’Kdo. Cela sert directement notre Mission. Malgré toutes ses failles, Linkedin nous paraît être le réseau social qui joue le moins sur les biais cognitifs des plus jeunes.

Ce qu’on ne fait pas

Nous n'avons toujours pas créé de compte sur Tik-Tok, a priori le pire de tous pour la santé mentale. Et on pense sincèrement qu’on n’en créera jamais. 

Nous ne postons plus sur Twitter (X).

Et très important pour nous. Nous ne payons surtout pas de pub sur les réseaux.

Pourquoi ? Car nous ne souhaitons pas donner l’argent de nos clients, c’est-à-dire vous, à Meta, (maison mère de Facebook et Instagram).

Si nous hésitons encore à disparaître des réseaux sociaux, participer à leur financement nous paraît en revanche complètement inconcevable depuis longtemps.

Mais comment communiquons-nous alors ?

En somme, il existe de nombreuses alternatives aux réseaux sociaux pour se faire connaître. 

  • nous diffusons régulièrement des newsletters dans lesquelles nous abordons des sujets qui nous tiennent à coeur autour de la conso responsable, 
  • nous faisons de la pub pour mieux apparaitre sur les moteurs de recherche dans les résultats autour des chèques cadeaux pour les comités d'entreprise / CSE (vaste sujet là aussi…), 
  • nous diffusons des communiqués de presse pour toucher les médias,
  • nous devenons partenaires d'événements engagés comme La Run for Planet ou les challenges Ma Petite Planète… 
  • et surtout nous cherchons à sans cesse satisfaire toutes nos parties-prenantes au premier rang desquelles nos clients afin qu’ils nous recommandent à leur tour…

Et demain ?

Nous pensons que dans quelques années, il pourrait être difficile pour une marque de se dire « engagée » tout en étant hyper-active sur les réseaux sociaux tels qu’ils sont aujourd’hui.

Nous ne l’avons encore jamais entendu, mais si rien ne change, viendra le jour où nous entendrons peut-être « Quoi ? Vous êtes une marque engagée, et vous êtes sur Tik-Tok ? » deviendra aussi commun que « Quoi ? Vous êtes une marque engagée et vous participez au Black Friday ? »

De plus en plus d’études viennent confirmer le danger des réseaux sociaux pour notre jeunesse et il deviendra de plus en plus compliqué de les ignorer.

Nous sommes (très) loin d’être parfaits et comme tous, nous devons jongler avec nos contradictions. La communication responsable, c’est aussi savoir reconnaître ses défauts et s’engager à les améliorer. C’est dans ce but qu’en tant que coopérative d’intérêt collectif, nous vous faisons part de notre réflexion. La route est encore longue…

En attendant, prenez soin de vous et portez-vous bien !

Nous sommes toujours en réflexion, rien n’est figé et votre avis nous intéresse ! N'hésitez pas à nous en faire part ici !


Pour aller + loin : 

3 tips pour réduire son temps d’écran : 

  • Désactiver les notifications de vos réseaux sociaux pour ne plus être sollicité tout le temps,
  • Mettre son téléphone en noir et blanc, vous verrez, les contenus sont tout de suite moins attrayants,
  • Utiliser des applications qui réduisent votre accès aux réseaux sociaux, comme APPBLOC ou FIPD. Certaines peuvent bloquer l’utilisation pendant un certain temps, d'autres vous obligent à prendre 10s de respiration avant d’arriver sur la page d'accueil. 

 


Sources :

Notre Top 6 des idées cadeau zéro déchet
Les meilleures idées pour offrir des cadeaux zéro déchet à vos proches soucieux de leur empreinte environnementale. Loin des gourdes et des tote-bags, retrouvez 6 idées de cadeaux certains de faire plaisir pour Noël, un anniversaire ou toute autre occasion !...
Lire la suite
Où trouver des boutiques de seconde main à Marseille ?
Accéder directement à la liste des boutiques de seconde main à Marseille À la recherche de trésors à Marseille ? Optez pour la seconde main avec style ! En friperie ou en ressourcerie, nous sommes de plus en plus nombreux à adopter des modes de consommation responsables et trouver notre b...
Lire la suite
Le vrac, que penser des idées reçues ?
De nombreuses personnes sont encore réticentes à tester le vrac. Mais en réalité, le vrac est-il aussi accessible et écologique qu’il en a l’air ? Les produits emballés sont-ils réellement moins chers que le vrac ? éthi’Kdo est là pour vous aider à y voir plus clair !...
Lire la suite
Quel cadeau écologique et solidaire offrir à la Saint Valentin ?
Pour ne plus avoir à choisir entre une belle preuve d’Amour pour votre compagnon.ne et pour votre planète, suivez notre guide des cadeaux écologiques pour la Saint Valentin !...
Lire la suite
La consommation éco-responsable,
ça vous branche ?
Abonnez-vous à notre lettre d'info mensuelle
pour découvrir tous nos bons plans !